RADEEF
REGIE AUTONOME INTERCOMMUNALE DE DISTRIBUTION D’EAU ET D’ELECTRICITE DE FES
COMMUNIQUE STEP :

Un projet propre pour un environnement propre

La région du Sebou est la plus peuplée du Maroc et le bassin versant du Sebou est aussi le plus pollué du pays ; les eaux usées brutes de la ville de Fès étant rejetées dans Oued Sebou sans aucun traitement préalable.

Fès principale agglomération sur le bassin du Sebou, génère de par sa population d’un million habitants et son parc industriel diversifié, une pollution conséquente évaluée à plus de 105.000 m³/j d’eaux usées et 64 tonnes/j de matières organiques.

Cette pollution engendre une panoplie de préjudices pour l’économie de la région. Une étude récente a évalué les pertes annuelles liées à cette pollution à environ 1 Milliard de dirhams.

La station d’épuration des eaux usées de la ville de Fès (STEP), initiée par la Régie Autonome Intercommunale de Distribution d’Eau et d’Electricité de la Ville de Fès (RADEEF), est conçue selon le procédé de boues activées. D’un coût de 781 MDH, ses travaux sont financés par un prêt d’un consortium de banques nationales, d’une subvention de l’Etat dans le cadre du PNA (Plan National d’Assainissement Liquide) et du financement propre de la RADEEF.

Confiés à un groupement d’entreprises nationales et internationales, les travaux de réalisation de la STEP ont débuté en 2010 pour une entrée en service prévisionnelle en 2012.

Soucieuse de contribuer à l’effort de la communauté internationale visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre ayant un impact sur les changements climatiques, la RADEEF a prévu de doter la future STEP de Fès d’une unité de cogénération d’électricité à partir du biogaz récupéré des digesteurs anaérobiques.

La mise en place de cette option qui s’inscrit dans le cadre d’un développement propre et dont le coût est estimé à 70 MDH, permettra de réduire de façon significative l’émission de gaz à effet de serre (GES) en captant près de 15 000 m3/j de méthane pour produire environ 22 millions KWh/an d’électricité soit 50% à 70% des besoins de la STEP en énergie électrique.

La réduction de gaz à effet de serre qui est estimée en moyenne à 103.000 téq CO2/an, rend le projet éligible au Mécanisme de Développement Propre (MDP) mis en place dans le cadre du protocole Kyoto pour la réduction des gaz à effet de serre et ratifié par le Maroc en 2002.